Pâtre 06 mai 2010 à 11h09 | Par L.Geffroy

Les agriculteurs européens unis pour des soutiens directs ambitieux

Invités à débattre de la PAC d’après 2013, plusieurs syndicats agricoles européens ont affiché leur rassemblement autour d’un budget stable et d’un premier pilier fort.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La politique agricole commune (PAC) qui sera mise en oeuvre après 2013 s’est forcément invitée au 64e congrès de la FNSEA d’Auxerre, le 1er avril. Plusieurs syndicats agricoles d’Etats membres de l’Union européenne en ont débattu autour d’une table ronde. Français, Espagnols, Allemands, Britanniques, Irlandais, Hongrois sont au moins d’accord sur une chose : la PAC doit rester une politique économique avec un premier pilier, celui des paiements directs, « fort ». Car dans le cas contraire, selon le président du Comité des organisations professionnelles agricoles de l’UE (COPA), représentant les agriculteurs européens, Padraig Walshe, « il n’y aura plus assez d’agriculteurs pour produire une alimentation sûre pour les consommateurs européens, protéger les campagnes européennes et leur environnement ». Les agriculteurs savent désormais qu’il faut convaincre les consommateurs européens afin de relégitimer la PAC.

MODULATION: QUEL AVENIR?

Au nord comme au sud de l’Europe, on le redit : les agriculteurs ont besoin de soutiens directs car ils ne peuvent pas vivre des prix mondiaux avec leurs coûts de production plus élevés qu’ailleurs, en raison notamment de normes sociales et environnementales plus vertueuses.Corollairement, il y a consensus sur le main-tien d’un budget PAC à la hauteur des 55 milliards d’euros actuels au moins (0,4 % du PIB de l’ensemble de l’UE). Le président de la FNSEA, Jean-Michel Lemétayer, réclame de la part des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union « de l’ambition et un budget à hauteur des besoins, pour garantir l’efficacité des outils de marché, permettre une régulation indispensable ». Seulement, ce montant devra maintenant se partager entre 27 Etats. Quant au second pilier consacré au développement rural et aux mesures environnementales, les agriculteurs veulent son maintien avec un financement propre. Mais la plupart des syndicats agricoles – excepté le NFU anglais, du moins clairement – se satisferaient d’une abolition de la modulation des aides directes du premier vers le second pilier.

RÉGULATIONS ET ASSURANCES

Autre point où les agriculteurs européens se rejoignent, avec des nuances, la question de l’intervention publique sur les marchés et des régulations pour contrer la volatilité des prix agricoles. Du côté du NFU, on juge que le filet de sécurité « pour prévenir l’effondrement des marchés, doit être réduit au strict minimum ». Padraig Walshe, lui, milite pour une « gestion des marchés afin de prévenir les crises » au travers de l’intervention publique, de stocks de sécurité, d’un soutien aux exportations. Parallèlement, le COPA demande que les produits importés en Europe respectent les mêmes normes sociales, environnementales, sanitaires que s’impose l’UE. Le DBV allemand comme l’ASAJA espagnol y ajoutent des outils comme l’assurance récolte, cofinancés par l’UE.

Cependant, force est de constater des divergences sur le type de paiementsdirects. L’originalité est venue de Gerd Sonnleitner, le président du DBV, qui plaide pour une harmonisation européenne de l’attribution des aides PAC, différente selon les Etats.Tous sont d’accord pour maintenir des aides découplées, mais le bien-fondé des références historiques divise. Sans surprise, les Anglais militent pour des paiements « basés sur le foncier » et la fin de DPU liés à des références historiques, explique son président Peter Kendall. Le DBV plaide aussi pour leur « suppression progressive ».Mais Padraig Walshe s’oppose aux aides à l’hectare car « elles n’ont pas de lien avec ce que fait réellement l’agriculteur », leur préférant les DPU actuels dont le revenu de plus de 50 % d’agriculteurs européens dépend (environ 40 % en France), et « mis en place pour compenser la fin des prix garantis », rappelle-t-il. L’ASAJA et son président Ignacio Lopez Garcia Asenjo soutiennent cette posture. Enfin, Kornél Vancsura, représentant l’agriculture hongroise, souhaite que l’UE opère une différence dans l’attribution des aides PAC « entre ceux qui veulent produire pour le long terme et ceux qui ne veulent que des subventions ».

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Vos grandes cultures s’allient-elles bien avec l’élevage ovin ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui