Pâtre 21 décembre 2017 à 10h00 | Par D. Hardy

Les ruminants sont plus efficients qu'on le pensait

Les ovins et autres ruminants valorisent surtout des protéines non consommables par L'Homme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Infographie Réussir, source:GIS Elevage demain

Une récente étude du Groupement d'intérêt scientifique Élevage demain remet en perspective la concurrence entre alimentation animale et humaine. Souvent critiqué pour sa faible efficience de conversion des ressources végétales en produits animaux, l'élevage montre pourtant une forte capacité à valoriser de nombreux coproduits végétaux, résidus de cultures et fourrages qui ne sont pas consommables par l'Homme. Il est généralement avancé que 2,5 à 10 kg de protéines végétales sont nécessaires pour produire 1 kg de protéines animales. Pourtant, si l'on ne considère que la fraction des végétaux consommés par les animaux et qui est directement consommable par l'Homme et seulement la fraction des produits animaux qui entrent dans la chaîne alimentaire, l'étude démontre que de nombreux élevages ont une contribution positive à la production de protéines de qualité.

- © Infographie Réussir, source:GIS Elevage demain

« L'Homme ne mange pas d'herbe ni de pulpe de betterave, résume Jean-Louis Peyraud, chercheur à l'Inra et président du GIS Élevage demain, et nous ne mangeons pas le cuir ou la laine ». En se concentrant uniquement sur ce que L'Homme mange, les monogastriques (porc, poulet, poule pondeuse) ont une efficience nette bien plus élevée qu'en brut. Ils peuvent produire entre 0,7 et 1,6 kg de protéines animales par kg de protéines végétales consommables par l'Homme. Les élevages bovins laitiers produisent entre 0,6 à plus de 3 kg de protéines animales pour 1 kg de protéines végétales ingérées selon la part d'herbe dans la ration. Pour l'élevage ovin viande, l'efficience protéique nette varie entre 0,2 et 1,3. Avec une grande part d'herbe dans sa ration, le mouton ne mange que 6 % de protéines consommables par L'Homme. Par contre, seuls 39 % des protéines des ovins abattus sont consommables par L'Homme. « Il existe une variabilité importante en élevage ovin viande, explique Sarah Laisse qui a travaillé deux ans sur cette étude. Certains systèmes ovins sont très consommateurs de concentrés en complément de la ration herbagère de base. Les élevages les plus efficients sont ceux ayant la capacité à engraisser tout ou partie des agneaux à l'herbe. » Dans l'absolu, certains systèmes pastoraux ne consommant que l'herbe des parcours, et donc aucune protéine consommable par l'Homme, auraient une efficience qui tend vers l'infini. En France, l'élevage ovin est principalement situé dans des zones à fortes contraintes avec des sols non labourables. Il ne concurrence donc pas les cultures destinées à l'alimentation humaine.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Vos grandes cultures s’allient-elles bien avec l’élevage ovin ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui