Pâtre 01 juin 2016 à 08h00 | Par D. Hardy

Un bolus pour rétablir le statut en sélénium

Un bolus permet d’apporter du sélénium aux brebis qui sont à l’herbe sans concentré. Résultats d’expérience.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ce petit cylindre de 48 grammes diffuse quotidiennement 0,4 mg de sélénium.
Ce petit cylindre de 48 grammes diffuse quotidiennement 0,4 mg de sélénium. - © Ciirpo

Chez les agneaux, les carences en sélénium se manifestent notamment par des myopathies appelées le « raide de l’agneau ». Chez les brebis, des problèmes de délivrance restent un des principaux symptômes. Plusieurs études ont été réalisées ces dernières années afin de déterminer quelles sont les formes d’apport efficaces possibles sachant que les besoins d’une brebis en fin de gestation sont de l’ordre de 0,4 mg de sélénium par jour. La distribution quotidienne d’un complément minéral vitaminé au cours du dernier mois de gestation est une des solutions. Par contre, la forme buvable du sélénium en un seul apport en milieu de gestation n’apporte pas les résultats attendus. Mais pour les brebis qui sont à l’herbe sans concentré, l’apport de sélénium par un complément minéral sous forme de granulés, poudre ou semoulette n’est pas possible. Le bolus peut alors être une solution.

D’un coût d’environ deux euros par brebis, il diffuse des minéraux et oligo-éléments pendant des mois. Le bolus 24-7 Smartrace de la société britannique Agrimin Ltd (commercialisé en France par FranceOvi) vient d’être testé par le Ciirpo en partenariat avec le fabriquant.

À partir du 4 novembre 2015, soit trois semaines avant la mise en lutte, les taux de GPX (l’enzyme spécifi que du sélénium) de deux lots de 25 brebis carencées en sélénium et nourries exclusivement avec de l’herbe ont été comparés, l’un d’entre eux ayant bénéficié du bolus. Alors que le lot qui n’a pas reçu le bolus est resté très carencé, le statut des brebis qui a bénéficié de cette supplémentation a été rétabli et s’est maintenu à un niveau élevé 120 jours après l’administration (595 unités internationales -UI- contre 125 UI pour un seuil de carence qui se situe à 200 UI). Sur les 48 brebis qui ont mis bas, le taux de prolificité est supérieur de 12 % dans le lot avec bolus. Cet écart de prolificité mérite toutefois d’être validé sur des effectifs plus importants.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Vos grandes cultures s’allient-elles bien avec l’élevage ovin ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui