Pâtre 12 février 2018 à 01h00 | Par D. Hardy

Vaccinez dès maintenant contre la FCO !

Le virus de la FCO sérotype 4 s’est installé en France continentale. Les responsables et les experts de la filière ovine incitent les éleveurs à vacciner leurs animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Situation de la FCO en France métropolitaine au 8 février 2018
Situation de la FCO en France métropolitaine au 8 février 2018 - © DGAl

Malgré un discours politique qui se veut rassurant et minimise les dangers de la FCO sérotype 4, les experts de la filière ovine envoient un signal d’alarme fort aux responsables agricoles. La FCO 4 circule en France continentale depuis fin 2017 et cela pourrait aller en s’accélérant en 2018. En cause notamment, l’extension de la zone réglementée à la France continentale dans son ensemble, permettant ainsi la circulation d’animaux sur tout le territoire. Au 10 janvier, on recensait 87 foyers (carte des cas de FCO sur https://www.plateforme-esa.fr/page/communes-reglementees-fco). Les conséquences sur les cheptels ovins risquent d’être bien plus importantes que ce que laissent entendre certains.

En effet, le sérotype 4 apparaissant pour la première fois en France continentale, les animaux ne disposent pas de mémoire immunitaire et le choc risque d’être violent : lorsque le sérotype 4 a frappé les Balkans en 2014, c’est près de 10 % des animauxqui ont été touchés dans les cheptels atteints, avec parfois 25 à 30 % de mortalité parmi les brebis malades. De plus, la fertilité des brebis et béliers peut être durablement impactée.

C’est pourquoi le message de tous les organismes agricoles impliqués dans la gestion nationale des problématiques sanitaires de la filière ovine (FNO, Coop de France, GDS France, Races de France), est d’inciter les éleveurs à vacciner leurs cheptels pour se protéger des conséquences cliniques, la conjoncture actuelle étant tout à fait favorable. En effet, d’un point de vue pratique, «il est nettement préférable de vacciner les animaux avant que ceux-ci soient de retour au pâturage, en tenant compte des périodes de reproduction,» explique Françoise Dion, vétérinaire à Races de France.

«Il faut éviter de vacciner des béliers deux mois avant la mise en lutte et des brebis dans le mois qui entoure la mise à la reproduction, ou dans le dernier mois de gestation, comme pour toute manipulation ».De plus, la FCO étant une maladie vectorielle, transportée par les insectes, il vaut mieux vacciner tant que l’activité de ces insectes est au plus bas, c’est-à-dire pendant la période hivernale et au plus tard d’ici  n avril.

Par ailleurs, suite à la stratégie d’éradication d’abord initiée pour tenter d’enrayer la progression du virus avec la vaccination rendue obligatoire dans la zone concernée, l’État se retrouve aujourd’hui avec un stock de plus d’un million et demi de doses de vaccin BTV4, qui seront dispensées gratuitement à tous les éleveurs qui en feront la demande auprès de leur vétérinaire, selon les priorités définies. «L’éleveur peut vacciner luimême ses animaux, par lots, rappelle d’ailleurs Françoise Dion, en ne faisant appel au vétérinaire que pour obtenir les doses et à condition qu’il n’ait pas besoin d’attestation de vaccination par la suite, comme par exemple pour l’envoi d’animaux aux échanges ou à l’export». Les doses de vaccins seront attribuées en priorité aux éleveurs de petits ruminants, du fait de la sensibilité plus importante de ceux-ci face au virus. Les animaux destinés à l’export seront également prioritaires.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Ressentez-vous les conséquences de la sécheresse ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui