Pâtre 16 novembre 2018 à 18h00 | Par D. Hardy

Retrouvailles techniques en Haute-Vienne

Les journées techniques ovines ont rassemblé les techniciens de toute la France pour se former, s’informer et échanger entre collègues. Focus sur les chiens, la génétique et l’économie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Journées techniques ovines sont un rendez-vous incontournable pour les techniciens et enseignants afin de faire le point sur l'actualité technique, économique et sanitaire de la filière ovine.
Les Journées techniques ovines sont un rendez-vous incontournable pour les techniciens et enseignants afin de faire le point sur l'actualité technique, économique et sanitaire de la filière ovine. - © D. Hardy

L a 8e édition des Journées techniques ovines a rassemblé une centaine de techniciens et enseignants ovins à Cussac, en Haute-Vienne, les 6 et 7 novembre derniers. Ce rendez-vous bisannuel à destination des techniciens et enseignants permet de faire le point sur l’actualité technique, économique et sanitaire de la filière ovine. En introduction de ces journées, Marie Carlier de l’Institut de l’élevage a dressé un tableau du marché français de la viande ovine. L’économiste a notamment rappelé que « l’enjeu majeur pour la filière ovine française est aujourd’hui de relancer – ou du moins d’enrayer la baisse – de la consommation. Il sera en effet difficile d’installer de nouveaux éleveurs et de faire repartir la production à la hausse à des prix rémunérateurs si la demande ne suit pas… D’où l’importance de s’adapter au mieux au marché et de s’interroger sur ce que veulent les consommateurs français d’aujourd’hui ».

Les JTO se sont terminées par la visite de la ferme expérimentale ovine Ciirpo du Mourier.
Les JTO se sont terminées par la visite de la ferme expérimentale ovine Ciirpo du Mourier. - © D. Hardy

Autre sujet d’actualité ovine, l’application depuis le 1er novembre 2018 du règlement zootechnique européen qui implique des changements « que l’on n’a pas fini de préparer », reconnaissait Bertrand Bouffartigue de Races de France. Au quotidien, le nouveau règlement ne change pas le travail des techniciens ni des éleveurs ovins. Par contre, il modifie les relations entre les différents organismes du développement. Les organismes de sélection ont désormais la responsabilité du contrôle de performance et de l’évaluation génétique. Ils ont heureusement la possibilité d’externaliser ces missions, ce qu’ils ont fait en confiant l’évaluation génétique des petits ruminants à l’Institut de l’élevage. « Pour le contrôle de performance, nous sommes en train de construire un modèle contractuel entre les OS et les opérateurs », expliquait Bertrand Bouffartigue. À côté des sélectionneurs, les éleveurs ont désormais la possibilité de s’impliquer dans le dispositif en devenant de simples participants au programme génétique. Ils signeront alors un conventionnement de participation avec l’OS, sans contraintes pour l’éleveur, mais qui permettra de les inscrire dans le livre généalogique de la race et d’obtenir les index des animaux contrôlés.

Jean-Michel Joly, éleveur dans la Creuse et expert « chiens de protection des troupeaux », a aussi présenté les formations et accompagnements proposés par le nouveau réseau national sur les chiens de protection. « Les chiens de protection sont une des solutions contre la prédation. Mais ce n’est pas efficace à 100 %, plutôt à 70-90 % selon les années et la situation » expliquait l’ancien éleveur transhumant de Provence en rappelant qu’il faut « autant de chiens que de loups, donc une meute de loup, c’est au minimum huit chiens… Et tous les chiens ne sont pas forcément bons. Chez moi, environ un chien sur trois n’a pas fait l’affaire ».

Les présentations et ateliers thématiques se sont enchaînés pendant les deux jours et les discussions se poursuivaient lors des repas ou de la soirée conviviale. Trois visites d’élevages ont également permis de voir la filière génétique régionale, la gestion de la pousse de l’herbe ou l’intérêt de la mixité entre ovins et bovins. Les JTO se sont conclues par la visite de la ferme expérimentale Ciirpo du Mourier qui a montré son nouveau bâtiment, les litières en copeaux de bois, le distributeur électrique d’aliment et la porte de tri avec pesée automatique.

- © D. Hardy

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Comptez-vous produire plus ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui