Pâtre 10 octobre 2018 à 09h00 | Par B. Morel

Retour en images sur le Sommet de l'élevage 2018

Avec un pôle ovin toujours plus dynamique et de nombreuses manifestations proposées aux visiteurs, le salon auvergnat fait parler de lui.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© B. Morel)  © B. Morel La Turquie est à l'honneur du Sommet 2018. © B. Morel Stand Inn'Ovin: "Pour améliorer les performances des élevages". © B. Morel Patrick Soury, président d'Inn'Ovin. © B. Morel  © B. Morel Les ventes de reproducteurs vont bon train. © B. Morel Conférence sur la prédation. © B. Morel  © B. Morel Démosntration de tonte © B. Morel Christophe Riffaud, président de l'AMTM, avec Bernard, la mascotte. © B. Morel "Les éleveurs face au loup" se mobilisent. © B. Morel Stéphane Travert apprécie la viande d'agneau. © B. Morel Le ministre de l'agriculture interpellé par les éleveurs sur la prédation du loup. © B. Morel Démonstration de chien de troupeau. © B. Morel Ovinpiades : le retour des champions. Épreuve de la pesée. © B. Morel Les participants aux Ovinpiades apprécient la bonne ambiance. © B. Morel

Le Sommet de l'élevage est un carrefour d'affaires, de rencontres, d'échanges. C'est une vitrine pour l'agriculture française qui peut alors se positionner sur des marchés à l'international en faisant valoir son savoir-faire et sa technicité », déclamait Jacques Chazalet, président du salon qui se déroule pour la 27e année consécutive à Clermont-Ferrand. Plus de 95300 personnes ont parcouru les allées du Sommet de l'Élevage 2018, avec 1 500 exposants de matériel, alimentation animale et services à l'élevage.

Pour le plus grand rassemblement d'animaux d'élevage de la planète, brebis et béliers ne sont pas en reste. Plus de 20 races étaient exposées et plusieurs concours ont eu lieu, notamment les Rustiques d'or 2018, récompensant les meilleures brebis des races des massifs. Bien que toujours un peu excentré, le hall ovin n'en est pas moins dynamique. « Le hall ovin est en progression constante, le nombre de manifestation de la production augmente chaque année ! », se réjouit Jacques Chazalet, éleveur ovin par ailleurs.

Les moutonniers qui déambulent dans les allées du salon auvergnat, apprécient ce rendez-vous annuel. « D'habitude on ne peut pas venir car c'est toujours en même temps que la transhumance, mais cette année on a décalé pour pouvoir être là. C'est important pour nous ! », s'exclame Agnès Agu, éleveuse dans le sud de la France. Un peu plus, loin, un jeune homme explique : « je suis venu avec ma classe, je suis en CS ovin et je compte m'installer en brebis laitières en Bretagne. Je m'informe sur les races et les techniques d'élevage ».

La suite dans le Pâtre n°658 de novembre

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Comptez-vous produire plus ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui