Pâtre 17 octobre 2016 à 09h00 | Par Marie-Astrid Batut

Le pôle régional ovin de Charolles fête ses 10 ans

Les 11es rencontres techniques ovines de Bourgogne se tenaient au pôle régional ovin de Charolles avec pour thème les innovations en élevage ovin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les participants ont pu assister à des ateliers techniques
dans les bâtiments du pôle ovin.
Les participants ont pu assister à des ateliers techniques dans les bâtiments du pôle ovin. - © M.-A. Batut

Le 29 septembre dernier, les rencontres techniques ovines de Bourgogne avaient un goût un peu particulier car le pôle ovin de Charolles fête ses 10 ans. Une occasion pour les intervenants, en plus des présentations techniques sur les innovations en élevage ovin, de revenir sur l'histoire et le fonctionnement de ce pôle. Thierry Besançon, président du Comité régional de l'élevage pour les ovins, a tenu à cette occasion à « rendre hommage aux créateurs de ce site » et à « féliciter toutes les personnes responsables du bon fonctionnement de ce pôle ».

Des missions variées pour le pôle ovin

Si le pôle ovin de Bourgogne a vu le jour en 2006, il a été pensé en 2001 dans le cadre de la reconquête ovine et de la réorientation de l'exploitation du lycée agricole de Charolles. Il a pour mission de mettre en place des itinéraires techniques efficaces, durables et reproductibles utilisant des techniques d'élevage moderne pour fiabiliser le suivi du troupeau. Il est aussi en charge de mener des expérimentations afin d'améliorer l'autonomie des exploitations. De plus, le pôle doit communiquer ses résultats aux éleveurs et à leurs conseillers et de proposer des formations à destination des étudiants, des techniciens et des éleveurs.

Le pôle ovin possède une bergerie dédiée à la finition des agneaux.
Le pôle ovin possède une bergerie dédiée à la finition des agneaux. - © M.-A. Batut

Pour mener à bien ses missions, l'exploitation du pôle régional ovin de Charolles est dotée de bâtiments fonctionnels : une bergerie de 324 places, un parc de contention couvert et une bergerie dédiée à la finition des agneaux. À l'occasion des journées techniques ovines, le pôle ovin a présenté aux éleveurs et aux techniciens la conduite deses 72 hectares de prairies naturelles et de ses troupeaux de 80 brebis charollaises et de 600 brebis romanes. Ces dernières sont luttées sur cinq périodes afin d'étaler la vente d'agneau et la charge de travail et d'optimiser l'occupation des bâtiments. En fonction de la période d'agnelage, les agneaux sont finis soit à l'herbe complémentée soit engraissés en bergerie.

À l'occasion de ces rencontres techniques, les participants ont aussi pu échanger sur le thème de l'agro-écologie. L'exploitation du pôle ovin de Bourgogne s'est en effet engagée dans cette voie afin d'augmenter le chiffre d'affaires de l'exploitation et de mieux valoriser le territoire. Jean-Baptiste Goujeon, responsable professionnel du pôle, a donc présenté l'agro-écologie sur l'exploitation de Charolles.

Depuis quelques année le pôle ovin s'est
engagé dans la voie de l'agro-écologie.
Depuis quelques année le pôle ovin s'est engagé dans la voie de l'agro-écologie. - © M.-A. Batut

L'agro-écologie un enjeu d'avenir

Selon lui l'agro-écologie « consiste à optimiser la production ovine à partir des ressources de son territoire ». En effet, sur l'exploitation, « en dix ans la surface fourragère est passée de 82 à 72 hectares et pourtant le cheptel a augmenté de 400 à 700 brebis ». Pour ce faire, des règles zootechniques strictes ont été mises en place (par exemple, seules les brebis en fin de gestation ,et de lactations rentrent en bergerie ; pour 80 % des brebis, la lactation est réalisée à l'herbe, etc.). Ainsi, l'agro-écologie a permis de pérenniser l'exploitation et d'assurer des revenus aux salariés. Patrice Guyard, éleveur dans la Nièvre, et Fabrice Trottier, éleveur dans l'Yonne, ont aussi livré leurs témoignages sur le sujet. L'un est éleveur en zone herbagère et l'autre en
zone de grandes cultures.

À l'occasion de cette journée sur le thème de l'innovation, les participants ont pu aussi assister à des conférences sur le parasitisme et sur l'économie de la filière ovine. Éleveurs et techniciens ont participé à des ateliers sur la conduite des troupes romane et charollaise, les bâtiments et équipements ou le colostrum.


Marie-Astrid Batut

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Ressentez-vous les conséquences de la sécheresse ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui