Pâtre 25 février 2019 à 07h00 | Par D. Hardy

L’Inra joue la pédagogie au Salon

Au Salon de l’agriculture, les chercheurs de l’Inra tentent d’expliquer simplement la vie secrète des brebis, leur robustesse et les leurs interactions dans le troupeau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les équipes de l’Inra partagent avec le grand public leurs savoirs sur la vie des brebis et des agneaux mais aussi leurs interrogations et les recherches en cours.
Les équipes de l’Inra partagent avec le grand public leurs savoirs sur la vie des brebis et des agneaux mais aussi leurs interrogations et les recherches en cours. - © D. Hardy

Dans le hall 4 du Salon de l'agriculture, les équipes de l’Inra expliquaient, avec beaucoup de pédagogie, la vie secrète des plantes et des animaux. Parmi les scientifiques présents, ceux du domaine expérimental de la Fage en Aveyron invitaient le grand public reconnaître, à l’aveugle, différents aliments contenus dans des sacs. « C’est une façon d’expliquer l’intérêt de la fibre dans la rumination » sourit Sara Parisot, directrice de l’unité expérimentale. Les chercheurs montraient aussi comment ils tentent d’améliorer la santé et la robustesse des brebis laitières, notamment grâce à l’étude des gènes et de leur fonction. L’Inra a déjà identifié un gène majeur qui intervient dans la résistance aux mammites, ce qui permettra de sélectionner les brebis sur ce critère. « Nous cherchons aussi à comprendre les gènes impliqués dans la résistance aux conditions climatiques, détaille Sara Parisot. Certaines brebis se remettent bien des aléas climatiques alors que d’autres, confrontées aux mêmes conditions, sont affectées plus durablement ».

Raymond Nowak, INRA Nouzilly : « Ça nous a vraiment amusés de vulgariser nos travaux. Ça nous forcer, nous scientifiques, à communiquer différemment, à s’éloigner du jargon scientifique pour simplifier nos propos tout en mettant entre parenthèses notre rigueur obsessionnelle.
Raymond Nowak, INRA Nouzilly : « Ça nous a vraiment amusés de vulgariser nos travaux. Ça nous forcer, nous scientifiques, à communiquer différemment, à s’éloigner du jargon scientifique pour simplifier nos propos tout en mettant entre parenthèses notre rigueur obsessionnelle. - © D. Hardy

Autre équipe à jouer la pédagogie, celle de l’unité de physiologie de la reproduction et des comportements basée à Nouzilly dans l’Indre-et-Loire. Avec des vidéos, des courts diaporamas et un quiz « Que sais-tu des moutons ? », ils s’interrogent avec les visiteurs sur comment l’animal de ferme appréhende son environnement et comment il se construit dans l’élevage avec ou sans la présence d’homme. Ils étudient notamment la relation d’attachement qui se construit, à travers le temps, entre la brebis et son agneau. « Nous avons démontré que les agneaux élevés au lait artificiel sont plus maigres, ont davantage de mortalité et ont un arrière-train plus souillé, explique Raymond Nowak de l’équipe neuro-éthologie du développement des comportements socioemotionnels. Il y a d’une part le facteur alimentaire du lait reconstitué mais aussi un facteur psychologique et social. » En montrant des photos de cerveaux pris avec de l’imagerie par résonances magnétiques, sa collègue Élodie Chaillou confirme que ces agneaux élevés avec une alimentation artificielle ont une maturation différente de l’hypophyse.

Les scientifiques de l’Inra ont donc cherché à remplacer le lien avec la mère par l’introduction de brebis adultes, des sortes de tutrices qui guideraient les plus jeunes. « Ces brebis-nounous interagissent spontanément avec les agneaux et semblent en retirer du bien-être. Les agneaux aussi montrent des signes de bonne santé avec moins de diarrhée et un pelage plus propre. En plus de l’apprentissage progressif de l’alimentation solide, la présence d’adulte pourrait aussi contribuer à un partage du microbiote intestinal. »

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Écoutez-vous de la musique en travaillant ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui