Pâtre 01 juin 2019 à 10h00 | Par D. Hardy

L'agneau bio, un marché porteur à structurer

L'agneau bio connaît une forte croissance mais la filière peine à s'organiser en filière longue. Avec la campagne l'Agneau bio d'automne, elle tente de remettre en phase la production et la consommation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'élevage ovin bio se développe, mais la production doit arriver à se lisser sur l'année.
L'élevage ovin bio se développe, mais la production doit arriver à se lisser sur l'année. - © I. Heeren

Porté par les attentes des consommateurs qui souhaitent remettre du sens dans leur alimentation, le bio ne cesse de croître. En ovin aussi, le bio connaît une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années. L'abattage de viande ovine est ainsi passé de 928 tonnes équivalent carcasse en 2011 à 1 432 en 2017.

Plus de production bio que d'abattage

« Les abattages se développent mais pas au rythme des cheptels qui passent en bio », observe cependant Jean-François Deglorie, salarié de Forébio et animateur technique de la commission bio à Interbev. En effet, les conversions des exploitations en bio se poursuivent à un rythme soutenu. On compte ainsi 213 000 brebis viande en bio et conversion (185 000 en bio et 28 000 en conversion), soit 10 % de plus qu'en 2016. En 2017, 1 840 éleveurs de brebis viande étaient engagés dans la bio, 1 570 éleveurs certifiés et 270 en conversion. À cela s'ajoutent 510 éleveurs de 112 000 brebis laitières certifiées et en conversion.

Consommer de l'agneau à l'automne pour respecter le cycle naturel

Hélas, tous les agneaux bio ne sont pas valorisés en bio. « La demande n'est pas en adéquation avec la production, regrette Philippe Cabarat, président de la commission bio d'Interbev. Il faudrait environ 5 000 agneaux chaque semaine mais on a certaines semaines à 2 000 agneaux et d'autres à 15 000... » Pour tenter de contrer ce déphasage temporel entre offre et demande, l'interprofession a lancé l'an dernier l'opération l'Agneau bio d'automne. « Après avoir alimenté les barbecues pendant l'été, l'agneau est un peu oublié à l'automne », observe Philippe Cabarat. La campagne l'Agneau d'automne veut alors rappeler que consommer de la viande d'agneau bio à l'automne, c'est respecter le cycle naturel des animaux. Concrètement, du 28 octobre au 30 novembre 2019, la viande d'agneau bio sera mise en avant avec une signalétique spécifique chez une centaine de bouchers et dans 400 grandes surfaces ou magasins spécialisés. Des animations seront aussi proposées dans une centaine de restaurants scolaires de toute la France. L'agneau bio sera aussi offert à la dégustation lors de foires ou salons grand public en région.

Difficile de massifier l'offre sur une niche

Mais cette opération de communication ne parviendra pas seule à remettre en phase la production et la consommation. Les producteurs et les opérateurs doivent aussi se structurer pour offrir une régularité des approvisionnements. Certains comme Unébio, Sicaba, le Pré vert ou Bretagne Viande bio (voir ci-après) y travaillent. Autre difficulté de ce marché de niche, l'offre n'est pas encore massifiée en filière longue. « Il est dur de construire des économies d'échelle sur des petits volumes », note Philippe Cabarat. « Tant qu'il y aura de trop petits volumes, les chargesfixes resteront coûteuses », complète Jean-François Deglorie. L'agneau se retrouve alors à des prix élevés en magasin mais le prix de vente de l'éleveur est, lui, souvent insuffisant. « La valorisation en bio n'est pas encore suffisante pour permettre une vraie rémunération qui motiverait les éleveurs », regrette ainsi Jean-François Deglorie. « Il faut parvenir à consolider la filière longue et la consommation pour arriver à valoriser en bio, conclut Philippe Cabarat. Il y a un avenir dans l'agneau bio mais il faut le construire ! »

Retrouvez le dossier complet dans le numéro 665 de Pâtre.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Ovins et bovins vont-ils bien ensemble ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui