Pâtre 26 avril 2018 à 14h00 | Par D. Hardy

[Vidéos] Ils remettent du mouton dans leurs grandes cultures

Des céréaliers du grand bassin parisien retrouvent un intérêt agronomique et économique à faire pâturer les couverts végétaux et les céréales en croissance. Témoignages vidéos.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les brebis restent dans les parcs avec les couverts végétaux.
Les céréaliers y voient de plus en plus leur intérêt.
Les brebis restent dans les parcs avec les couverts végétaux. Les céréaliers y voient de plus en plus leur intérêt. - © D. Hardy

Les plaines céréalières du bassin parisien pourraient de nouveaux entendre les bêlements des troupeaux ovins. Une journée organisée à Milly-la-Forêt (Essonne) par Agrof 'Île - Agroforesterie et sols vivants en Île-de-France - a permis de toucher du doigt l'intérêt d'une synergie entre élevage et grande culture.

L'exemple de Bertrand Patenôtre, dans l'Aube, en agriculture de conservation depuis 20 ans, est intéressant. Ce céréalier a commencé les semis directs dans un but de réduction des charges de mécanisation et, assez vite, il a vu une augmentation de l'activité biologique des sols et une diminution de la battance. « Avant, on avait 20 à 25 cm de sol, maintenant les racines descendent à un mètre et l'eau aussi », apprécie l'agriculteur qui cultive 176 hectares au nord-est de Troyes. En 2006, il installe sur sa ferme un élevage de 430 brebis. « Une de mes motivations, c'était d'embaucher un salarié à plein temps et de valoriser les sous-produits, c'est-à-dire les couverts, les pailles et les repousses de graminées porte-graines, et les pulpes de betteraves surpressées ». Il investit donc 200 000 euros pour le bâtiment, les animaux et le matériel, « soit l'équivalent d'une vingtaine d'hectares dans ma région ». Ses couverts végétaux sont implantés « au cul de la moissonneuse » pour ne pas assécher le sol. « On coupe haut sans broyage de la paille, ni travail du sol, en couchant les pailles au sol pour avoir un paillage type horticole qui garde l'humidité ».

Les couverts rassemblent différentes espèces végétales mais Bertrand Patenôtre fait aussi de plus en plus attention aux variétés. Selon les opportunités, les couverts sont composés d'avoine, de pois fourrager, de féverole, de radis structurator « avec des racines nourrissantes s'il gèle », du radis fourrager « qui fait des fleurs et attirent les insectes », des tournesols « que les brebis adorent », de la vesce, du lin, de la phacélie... « L'essentiel, c'est d'avoir de la diversité car les brebis choisiront ce qu'elles mangent ». L'éleveur-céréalier a appris à exploiter les synergies entre élevage et grandes cultures. Il apprécie que les couverts et les animaux boostent l'activité biologique des sols. Autre effet bénéfique, « les limaces et les campagnols ont disparu, sûrement grâce aux hérons qui sont souvent au milieu des troupes ».

 

Laurence Sagot, du Ciirpo et de l'Institut de l'élevage, a rassuré les céréaliers sur l'intérêt de faire pâturer les ovins sur les couverts végétaux. « Les brebis valorisent très bien ces surfaces en pâturage. Les brebis de toutes les races peuvent pâturer jour et nuit, sans foin, ni paille. Elles peuvent manger rave, colza, pois ou avoine avec des valeurs alimentaires moyennes proches de celle de l'herbe ». Les brebis reprennent même de la note d'état, comme l'ont montré les études menées à Montargis (Loiret), et présentent peu de boiteries (4 %) et ne se parasitent pas sur ce type de surface plutôt saine. Les agneaux aussi peuvent être finis sur des couverts végétaux « sans apporter un gramme de céréales ». « En revanche, les vitesses de croissance sont inférieures à celles des agneaux de bergerie. Globalement, ils sont finis un mois plus tard mais ils peuvent coûter moins cher à produire », conclut la technicienne.

 

Le passage des brebis raccourcit fortement la hauteur des céréales, sans compromettre les rendements.
Le passage des brebis raccourcit fortement la hauteur des céréales, sans compromettre les rendements. - © Ferme Cuypers

Antoine Cuypers, céréalier à Fleury dans l'Oise, a aussi été convaincu par l'élevage ovin. « Il y a des choses extraordinaires à faire avec le mouton, s'enthousiasme-t-il. C'est une excellente valorisation agronomique et économique des couverts. Maintenant, on ne ferait plus sans... » En ajoutant un élevage ovin à son exploitation de céréales, pommes de terre, betteraves, lin et flageolets, il retrouve davantage de vie dans ses champs et profite au mieux des couverts végétaux.

Dans ses rotations de six ans avec betterave, flageolet et trois blés, il implante des couverts végétaux qui engraissent ses brebis au point qu'elles deviennent trop grasses avec des notes allant jusqu'à 4,5 qui entraînent de la casse à l'agnelage. Avant les flageolets qui se sèment en mi-mai, le couvert de ray-grass d'Italie, trèfle incarnat et avoine brésilienne est pâturé puis l'excédent est récolté en enrubanné.

La ferme Cuypers a tout de suite vu grand pour l'élevage ovin en démarrant avec 800 agnelles romanes en système de trois agnelages en deux ans. Avec une seule bergerie de 400 places, il y a tout le temps des brebis dehors. À l'avenir, le troupeau pourrait passer en plein air intégral avec des agnelages et des lactations sur couvert. Autre avantage des moutons, l'animal est un facilitateur de lien social. « Avant j'étais un con de céréalier qui polluait et salissait les routes, ironise-t-il. Maintenant, j'ai des moutons, c'est sympa et ça change complètement. Je peux demander des aides, je suis écouté ». L'éleveur qui vend une partie de ses agneaux en direct soigne aussi sa communication avec son blog www.fermecuypers.fr.

Antoine Cuypers est aussi devenu un adepte du pâturage des céréales. Les brebis sont placées avec un fort chargement instantané (1 000 brebis par hectare) pendant 24 heures maximum sur les céréales en cours de croissance. « Elles ont un sacré coup de dents et ramènent un blé de 20 cm à seulement 2 de hauteur », témoigne Antoine, photo à l'appui. Les brebis jouent le rôle d'un raccourcisseur en début de printemps. « Quand les voisins sortent le pulvé, c'est le signe que la végétation reprend et qu'il faut sortir les brebis du blé ». Au final, le céréalier ne voit pas d'impact sur le rendement en graines et une légère diminution du rendement en paille. Après le passage des brebis, les graminées redémarrent comme une pelouse, avec un plateau de tallage plus étalé. « Il y a moins de pression sur les maladies, observe Antoine, ce qui est normal vu qu'il n'y a plus de feuillages... Les mulots se retrouvent aussi sans abri et les rapaces en profitent. ».

À défaut d'avoir des moutons chez eux, certains céréaliers profitent d'accords avec des bergers sans terre. Thibault Desforges, céréalier en Seine-et-Marne, est de ceux-là. « J'avais à coeur de faire de beaux couverts, témoigne le jeune exploitant, mais c'était à regret qu'il fallait les broyer en décembre, de jour, de nuit, dans le froid... » Quand un berger, Alexandre Faucher, lui a proposé de s'en occuper, il a vite accepté. Surtout que le contrat a été rempli avec des couverts broyés près du sol, « sans trace de tracteur et sans rien à faire, ce qui est bien pour le céréalier un peu fainéant que je suis... » plaisante Th ibault. Là aussi, la présence des moutons a été appréciée. « Ça a ramené un peu de vie et du dialogue. Les gens dans le village étaient contents ». L'intérêt est aussi humain. « Avec le berger, on est voisins. On se donne des coups de main, ça ramène de la vie à la ferme », apprécie Th ibault Desforges. Le berger et le céréalier, qui coopèrent ensemble depuis deux ans, ont essayé le pâturage de colza deux heures par jour sur douze hectares en décembre. « Les brebis se remplissent la panse et le colza ne semble pas en souff rir » apprécient-ils en observant un intérêt contre les mulots et les limaces.

 

Autre éleveur transhumant, François Prevent fait pâturer ses 600 brebis dans les champs de Benoît Méot en Côte-d'Or. « Quand on sort le troupeau des céréales, c'est un champ de boue », reconnaissent les deux agriculteurs. Mais la végétation redémarre malgré le piétinement. Depuis cinq ans qu'ils collaborent, Benoît Méot remarque même que c'est là où les brebis se sont couchées que la production est la meilleure. « Plus on pâture, plus le rendement augmente sur nos petites terres ». Côté troupeau, François Prevent ne peut qu'apprécier cette « super ressource pour les brebis »


D'autres vidéos sur https://www.youtube.com/channel/UCxiwHAcKEfNVpJ_eFHHewcQ/videos

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous des chiens de protection ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui