Pâtre 29 mai 2019 à 16h00 | Par B. Morel
Votre recherche : (3337 fois)

Déception des syndicats face au loup

Les syndicats agricoles et l'administration se sont réunis pour faire un bilan de l'année et mettre en place de nouvelles mesures dans la gestion du loup.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FNO travaille à la structuration d'une filière chien de protection avec l'Institut de l'élevage. Le syndicat ne souhaite pas, dans l'immédiat, la multiplication de ces chiens sur tout le territoire, conscient des problématiques que cela pose avec le voisinage des troupeaux.
La FNO travaille à la structuration d'une filière chien de protection avec l'Institut de l'élevage. Le syndicat ne souhaite pas, dans l'immédiat, la multiplication de ces chiens sur tout le territoire, conscient des problématiques que cela pose avec le voisinage des troupeaux. - © B. Morel

Le groupe national loup s'est tenu le 28 mai à Lyon, réunissant représentants des éleveurs, administration et pouvoir public. Des nouvelles mesures ont été prises pour adapter le plan national d'actions sur le loup et les activités d'élevage (PNA). En effet, ce plan était prévu pour une population de loups en France inférieure à 500 individus jusqu'en 2023, date à laquelle ce seuil de viabilité devait être atteint. L'absence très remarquée de chiffres officiels de l'ONCFS sur le nombre de loups en France, « tout le monde est d'accord pour dire que nous avons d'ores et déjà atteint les 500 loups. Le fait qu'un organisme public comme l'ONCFS ne présente pas des données actualisées en sortie de printemps est inadmissible»,  s'insurge Claude Font, responsable du dossier prédation à la FNO.

Incohérence des services de l'Etat

A la sortie de la réunion, quelques faibles avancées ont été obtenues, mais les syndicats agricoles se disent déçus et dénoncent encore la non prise en compte de leurs revendications. « Il y a des choses qui sont mises en place, mais cela n'est pas toujours cohérent avec la réalité du terrain, notamment des zones zéro (les zones à plus forte prédation) qui sont définies selon les communes qui comptabilisent plus de 15 attaques par an», se désole Claude Font. Les éleveurs ont tout de même obtenu, comme l'avait annoncé le président de la République, un réajustement du plafond de prélèvement, permettant ainsi de passer de 10 à 17 % de la population du grand canidé. « Si les 17% de prélèvement sont atteints avant la fin de l'année, nous avons une marge de manoeuvre de 2% afin de ne pas laisser les éleveurs complètements démunis », détaille le syndicaliste.

Indemnisations des animaux disparus

Enfin, les indemnisations des troupeaux prédatés ont été réajustées. « C'est un travail que nous menons depuis plusieurs années avec les instances professionnelles et administratives », rappelle Claude Font. Les animaux trouvés morts seront mieux indemnisés, les éleveurs pourront dorénavant faire valoir leurs animaux portés disparus sur présentation d'un inventaire réalisé en début et fin d'année. Un groupe de travail composé de professionnels et de membres de l'administration va être mis en place pour redéfinir la notion de perte indirecte et ainsi proposer des indemnisations plus adaptées.

Plus d'informations sur la prédation sur leseleveursfaceauloup.fr

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Écoutez-vous de la musique en travaillant ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui