Pâtre 03 octobre 2016 à 09h00 | Par M.Peglion, Institut de l’Élevage

Berger, un metier technique et une vie nature

L’amélioration des conditions de vie en montagne et l’arrivée du loup entraînent des mutations dans la profession de berger. Pour s’adapter au contexte actuel, les pratiques ancestrales évoluent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La profession de berger reste atypique et complexe.
La profession de berger reste atypique et complexe. - © R. Leconte

Berger est un des plus vieux métiers du monde. Des Alpes aux Pyrénées en passant par les Cévennes, tous les étés, les bergers empruntent les routes de la transhumance vers la montagne. Pendant trois à six mois, ils partent travailler sur les alpages auprès des bêtes.

Généralement employé par un éleveur (ou par plusieurs éleveurs regroupés au sein d’un groupement pastoral) pour prendre soin d’un troupeau de brebis et le faire pâturer, le berger d’alpage peut aussi être éleveur lui-même. L’estive n’est en effet qu’une période de la vie d’un berger.

Le reste de l’année, certains continueront à suivre les étapes du calendrier de production ovin en tant qu’éleveur ou salarié (agnelage, garde en colline, tonte…), tandis que d’autres enchaîneront sur d’autres saisons agricoles ou touristiques (stations de ski, restaurants…) voire sur un métier tout autre. Si la passion des animaux et de la vie au grand air est une composante essentielle et nécessaire à l’accomplissement de ce métier atypique, elle ne doit néanmoins pas faire oublier qu’il s’agit avant tout d’une profession complexe.

Ce métier nécessite non seulement des compétences techniques pour la conduite d’un troupeau et la gestion de la végétation, mais aussi des qualités morales pour supporter l’isolement et les conditions de vie parfois rudimentaires. Et bien qu’isolé, le berger doit aussi développer une habileté sociale pour concilier les intérêts de tous les usagers d’un espace qu’il est finalement rarement le seul à utiliser.

Retrouvez le dossier complet dans Pâtre n°637 d'octobre 2016 p 20 :

  • - La journée type d’un berger en estive - Récit d’une journée qui commence tôt et finit tard
  • - Compétences et savoir-faire - Tout un éventail de tâches et connaissances à maîtriser
  • - Un métier pas comme les autres qui se normalise - Un métier qui provoque une rupture avec la vie d’en bas
  • - Éleveur et berger, une relation complémentaire - Le berger est le lien entre l’éleveur et son troupeau

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Vos grandes cultures s’allient-elles bien avec l’élevage ovin ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui