Pâtre 30 novembre 2018 à 08h00 | Par D. Hardy

Auprès de mon arbre...

L’arbre dans la prairie offre de l’ombre mais aussi des feuilles qui peuvent nourrir le troupeau et du bois pour se chauffer ou pour fabriquer des plaquettes qui serviront de litières. L’arbre, un potentiel à redécouvrir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’arbre et le mouton, un couple gagnant
L’arbre et le mouton, un couple gagnant - © Ciirpo

"Auprès de mon arbre, je vivais heureux" chantait Georges Brassens de sa voix gouailleuse. Les éleveurs ovins et leurs troupeaux pourraient aussi s’inspirer de cette comptine. Les projets de recherche et développement Arbele et Parasol qui se sont récemment terminés ont rappelé les atouts des arbres en élevage.

Premier bénéfice des prairies arborées, la fraîcheur de l’ombre crée un microclimat favorable en période de haute température ou de sécheresse. Sur les sites de mesure, les thermomètres ont enregistré jusqu’à 6 °C de moins sous les arbres lors d’épisodes caniculaires. « En plus de l’abri et de la fraîcheur, les arbres permettent de répondre à la demande sociétale de veiller au bien-être des animaux et d’entretenir le paysage », appréciait Daniel Roguet, éleveur bovin et président de la chambre d’agriculture de la Somme lors de la journée de restitution du projet Arbele à Rambouillet (Yvelines) le 5 juin dernier.

La production d’herbe par les prairies ne semble pas trop souffrir d’une plantation espacée d’arbre. À des densités d’arbres inférieures à 80 arbres par hectare, la productivité d’une prairie sous couvert est comparable à celle d’une prairie sans arbre. De toute façon, il est possible de faire revenir la lumière dans les parcelles en les étêtant.

- © Agroof

Les feuilles des ligneux peuvent aussi être une source alimentaire qui n’a rien à envier aux fourrages traditionnels. Les feuilles de mûrier blanc et de frêne commun sont même plus nourrissantes et digestibles que l’ensilage de maïs ou le ray-grass anglais. Mais la qualité de cette ressource varie selon la saison ou le mode d’exploitation.

Le bois produit peut être valorisé de différentes manières. L’objectif de produire du bois d’œuvre semble difficile à tenir quand on n’est pas forestier. Ainsi, en étudiant le devenir de 9 100 arbres plantés dans des parcelles expérimentales dans les années 1990, l’Association française d’agroforesterie n’en a retrouvé que la moitié en comptant les arbres remplacés les premières années. Et sur les 1 600 arbres d’origines encore présents, beaucoup présentent des défauts, en partie à cause du manque de suivi. En fait, « à la moitié du cycle de production de 60 ans, seulement 3,8 % de la totalité du réseau initial semble pouvoir donner du bois d’œuvre de qualité », regrette Juliette Colin de l’Association française d’agroforesterie.

D’autres usages du bois sont ainsi possibles, en bois de chauffe ou en plaquettes pour faire de la litière des animaux. Les études du Ciirpo sur plusieurs fermes ovines le montrent. Les moutons semblent y être tout aussi bien que sur de la paille.

Dossier complet dans Pâtre n°659 de décembre 2018 :

Autant d’herbe et plus de fraîcheur sous les arbres - À l’ombre des bosquets

Châtaignes et pastoralisme en Ardèche

Des feuilles aussi riches que d’autres fourrages - Des ressources de secours ou en ration

Litière en plaquettes de bois - L’exemple du Lycée agricole de Charolles en Saône-et-Loire

Ils allient arbres et brebis - Témoignages de trois éleveurs

Des moutons au milieu des vergers en Lorraine

En savoir plus

Le site arbele.projet-agroforesterie.net foisonne de courtes vidéos réalisées par la Scop Agroof dans le cadre du projet Arbele. Les vidéos suivent la journée d’un éleveur et présentent l’intérêt de l’agroforesterie pour se diversifier, alimenter son troupeau, gérer le pâturage…

La plaquette L’arbre et la brebis : l’alliance gagnante reprend les premiers résultats et les enquêtes du projet Climagrof menés par le Ciirpo.

Agroof est une société coopérative et participative spécialisée en Agroforesterie. En plus de la recherche et du développement, Agroof propose des formations, des ouvrages et de la documentation pour allier les arbres et les cultures ou l’élevage. Plus d’infos sur agroof.net.

Arbres fourragers présente en plus de 200 pages l’intérêt des feuilles d’arbres pour nourrir le bétail. Ce livre paru en 2016 aux éditions de Terran est vendu 19 €.

Le réseau mixte technologique (RMT) Agroforesteries rassemble les professionnels de l’agroforesterie en France.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Comptez-vous produire plus ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 24 unes régionales aujourd'hui