Pâtre 24 février 2019 à 18h00 | Par D. Hardy

Arthur Boulet remporte les Ovinpiades des Jeunes Bergers

Les Ovinpiades des Jeunes Bergers ont animé la première journée du Salon de l'agriculture dans une compétition très disputée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après une intense journée de compétition, Arthur Boulet du CFAA du Lot (au milieu) a été sacré meilleur Jeune Berger de France 2019. Très peu loin derrière, Baptiste Poillot du lycée agricole des Fontaines (71) et Kévin Sicard du lycée agricole de Melle (79) sont arrivés deuxième et troisième. (© L. Journaux) Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy Ovinpiades 2019 © D. Hardy

Samedi 23 février, sur le grand ring du hall 1 du Salon de l’agriculture, 38 jeunes en formation, âgés de 16 à 24 ans, se sont affrontés lors d’épreuves pratiques et théoriques pour déterminer le meilleur jeune berger 2019. Après un quiz et la reconnaissance des races, les meilleurs jeunes de toutes les régions de France se sont appliqués pour trier les brebis avec un smartphone, apprécier la santé d’une brebis, évaluer l’état corporel d’une brebis et la mener le long d’un parcours, parer les onglons, évaluer l’état d’engraissement des agneaux ou choisir le bon bélier.

Enseignants, éleveurs, experts, toute la filière était mobilisée pour juger les meilleurs jeunes bergers. Bénédicte Poulet, qui avait fini deuxième en 2017, s’était spontanément proposée pour être juge lors des prochaines compétitions. Elle scrute comment les jeunes évaluent l’état d’engraissement des agneaux. « C’est important de bien savoir évaluer et trier ses agneaux car cela joue directement sur le porte-monnaie. C’est plus facile de négocier des agneaux dont on connaît l’engraissement. »

Sélectionnés dans chaque région, 38 finalistes, dont cinq filles, se sont appliqués pour espérer devenir le meilleur jeune berger de France.
Sélectionnés dans chaque région, 38 finalistes, dont cinq filles, se sont appliqués pour espérer devenir le meilleur jeune berger de France. - © D. Hardy

Pour la filière ovine, les Ovinpiades sont un moyen de promouvoir le métier d’éleveur de brebis et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles. Patrick Soury, secrétaire général de la FNO, n’a cessé de le répéter aux nombreux médias généralistes et régionaux venus suivre la compétition. « Au cours des 15 prochaines années, plus de la moitié des éleveurs de brebis partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement des générations mais également le maintien de la production, la filière ovine doit installer près de 10 000 éleveurs dans la prochaine décennie. »

Les trois meilleurs candidats se sont tenus dans un mouchoir de poche. Grand vainqueur de cette édition 2019, c’est Arthur Boulet, élève en certificat de spécialisation conduite d’élevage ovin au CFAA du Lot, qui remporte le prix du meilleur berger. Drôle de parcours pour ce jeune homme de 23 ans qui ne connaissait pas les brebis il y a un an. « Je suis tout nouveau dans le milieu, admet-il, un grand sourire victorieux encore accroché aux lèvres. J’étais serveur et cuisinier à Toulouse mais je voulais vivre dans la nature. J’ai commencé à faire du maraîchage mais j’ai découvert le mouton et j’ai un vrai coup de cœur pour l’animal ». Son avenir ? « Rempli de moutons ! » En gagnant devant des jeunes « nés dans les moutons », Arthur Boulet s’est prouvé que la passion ovine pouvait faire de grande chose. « Il y avait un super niveau lors de ces Ovinpiades mais c’était agréable d’échanger avec eux et avec les professionnels. » Après la victoire de Rémy Roux en 2018, l’Occitanie et le CFAA du Lot se placent décidément comme une terre de bergers prometteurs !

La deuxième place est revenue à Baptiste Poillot du lycée agricole des Fontaines (Saône-et-Loire) et la troisième à Kévin Sicard du Lycée agricole de Melle (Deux-Sèvres). Dimitri Hundzinger du CFA Obernai (Bas-Rhin) arrive à la quatrième place. Éponine Lelièvre, 20 ans, originaire de la Nièvre, en certificat de spécialisation ovin viande au lycée de Montmorillon, décroche le prix de la meilleure bergère, suivie par Élodie Martoglio du LEGTA Carmejane. Le prix spécial du meilleur berger 2019 est revenu à Dylan Charrade, 19 ans, originaire de la Haute-Loire. Un juge anglais, deux jeunes bergers belges et deux Autrichiens étaient venus donner une touche européenne à la compétition. C’est au final Alexander Krobatch, venu d’Autriche, qui décroche le prix du meilleur berger section européenne.

Avec les épreuves en région, les Ovinpiades ont permis à plus de 5 000 élèves ces quatre dernières années de s’intéresser concrètement à la production ovine.
Avec les épreuves en région, les Ovinpiades ont permis à plus de 5 000 élèves ces quatre dernières années de s’intéresser concrètement à la production ovine. - © D. Hardy
Louis, Charlie et Clément du Lycée Nature, en Vendée, ont remporté l’épreuve collective en imaginant le T-shirt officiel des Ovinpiades 2020.
Louis, Charlie et Clément du Lycée Nature, en Vendée, ont remporté l’épreuve collective en imaginant le T-shirt officiel des Ovinpiades 2020. - © D. Hardy

Un T-shirt d’inspiration vendéenne pour les Ovinpiades 2020

Parce que l’élevage ovin se fait aussi en collectif, les Ovinpiades ont une épreuve collective qui a été brillamment remportée par Louis, Charlie et Clément en terminale sciences et technologies de l’agronomie et du vivant au Lycée Nature (Vendée). Les dix projets de T-shirt pour les Ovinpiades des Jeunes Bergers 2020 en compétition étaient issus d’une première sélection de 18 projets soumis aux votes des internautes sur la page Facebook des Ovinpiades. Samedi 23 février, les dix équipes finalistes issues de sept établissements agricoles ont présenté leur œuvre devant le public et un jury composé d’une graphiste, de la présidente de la FNO, Michèle Boudoin, et de votre serviteur. Les T-shirts couleur saumon présentés montraient la créativité des jeunes en formation et le projet vainqueur s’est démarqué par la symbolique du logo ornant le dos. Les T-shirts présentés par Laurence, Manon et Delphine du Lycée de Terre Nouvelle (Lozère) ainsi que celui des CS du CFPPA Les Vaseix-Bellac (Haute-Vienne) ont également fait fortes impressions. La classe gagnante bénéficiera d’une aide de 2 000 euros pour financer un voyage scolaire en lien avec l’élevage ovin. Le T-shirt des prochaines Ovinpiades s’inspirera du projet gagnant.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Écoutez-vous de la musique en travaillant ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui