Pâtre 21 février 2003 à 17h49 |

Filière ovine - L´Abattoir de Bellac gère la traçabilité et la qualité sanitaire

Totalement fiché, de sa naissance jusqu´au consommateur, l´agneau abattu à Bellac (Haute-Vienne) répond pleinement aux attentes de la sécurité alimentaire. Une démarche de qualité pour un agneau de qualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« L´abattoir a été amélioré par une réflexion continue avec les utilisateurs ». Une phrase peu anodine pour Pierre Sabatier, le directeur de l´abattoir de Bellac. Depuis 1998, l´abattoir pratique la traçabilité de l´élevage au consommateur.

Informer les producteurs
En 2000, ont été réalisées l´extension des salles frigorifiques et la création de l´atelier découpe-expédition de la Coopérative Limovin. «Depuis l´apparition de l´ESB et la crise de la fièvre aphteuse en Grande-Bretagne, les procédures de contrôle pour l´hygiène et la sécurité alimentaires se sont renforcées» indique P. Sabatier.
Situé entre les producteurs ovins et les bouchers ou les consommateurs, l´abattoir doit gérer le process d´abattage mais aussi les déchets liquides et solides qu´il génère ; tous les déchets à haut (MRS) et bas risque en respectant l´environnement. Autres devoirs de l´abatteur : assurer la traçabilité et la qualité sanitaire de la viande. «Nous sommes à la croisée des chemins, indique P. Sabatier, par rapport à l´ensemble des décrets, nous nous adaptons très rapidement avec une réaction à l´ESB, la fière aphteuse, la démédullation et nous acceptons l´ensemble des contrôles. Il nous faut préserver à la fois l´image de marque de l´abattoir et celle de la viande d´agneau. Les éleveurs veulent aller loin, au maximum, sur le plan qualité notamment avec le Label rouge et la certification bio. Des contrôles réguliers sont effectués par Qualicert et Ecocert».
©J. Diependaele

Légende - En 2000, l´abattoir de Bellac a été doté de nouvelles salles frigorifiques et d´un nouvel atelier de découpe-expédition.
Des contrôles et une méthode Haccp assez contraignante mais « les contrôleurs nous épaulent dans cette recherche de la qualité et cela constitue une remise en cause utile à notre travail » constate Pierre Sabatier. Il est vrai que sur les 600 000 agneaux nés, élevés et abattus en Limousin, le tiers passe à l´abattoir de Bellac. C´est un système informatique spécialisé, baptisé Elisa (société Elisphère), qui prend en charge toute l´information pour chaque agneau. A l´entrée de l´abattoir, les lots et les agneaux sont répertoriés par usager.

Process automatisé et fiable
Un poste d´identification «Teisa» permet de lire toutes les boucles et particulièrement celles de Limovin, Bellac Agneaux. avec numéros ou avec codes à barre. Un poste classement des carcasses Ofival répertorie chaque animal et affecte le classement.
L´animal est ensuite pesé sur un rail de convoyage et une étiquette comportant toutes les indications (éleveur, nº cheptel, nº agneau, quantième, nº d´abattage, poids, classement grille Europe.) est éditée et apposée sur la carcasse. Un marquage du jour et du numéro d´abattage à jet d´encre est effectué sur la carcasse par tatouage indélébile ; cette encre est de qualité alimentaire (système Tiflex).
Ainsi, la carcasse ne peut échapper à l´identification : elle demeure marquée sur la chaîne d´abattage, lors du ressuage, dans les frigorifiques de stockage et pour l´expédition. Même en cas de perte de l´étiquette, il est possible de lui réattribuer une étiquette avec toutes ses qualifications d´origine (éleveur, poids, destinataire final, classement.) et de maintenir ainsi toute la traçabilité à partir du programme Hélisphère.

Cette organisation permet de peser, classer, labelliser, consigner. sur un même écran. Le suivi des animaux est tel que la facturation peut être réalisée puisque l´étiquette comporte un code à barres. De même, l´ordinateur Elisa d´Hélisphère peut être relié à des outils de bureautique standards pour obtenir des informations statistiques pour l´éleveur, ou pour l´abattoir. On comprend mieux pourquoi les animaux sans boucle sont refusés par les abattoirs. La traçabilité demeure l´intelligence, la mémoire vive de l´abattoir qui y trouve toute l´information de l´amont et de l´aval.
Directeur du groupement Limovin, Jean-Marie Grolleau suit de près l´activité de l´abattoir de Bellac et l´expédition des agneaux. « Nous expédions en moyenne 300 agneaux par semaine. Certains agneaux partent en direct (en carcasse) par camion vers leur destination, d´autres entrent en atelier de conditionnement sur palette ou roll. L´atelier est construit pour répondre aux normes sanitaires » précise-t-il.
©J. Diependaele


Légende - L´agneau abattu à Bellac porte une fiche assurant sa traçabilité et la qualité sanitaire de la viande.
Limovin : respecter les normes sanitaires
A la coopérative Limovin, 95 % des agneaux sont issus d´un cahier des charges qu´il s´agisse de la CCP Baronet ou de la CCP Agneau du Limousin qui bénéficient de l´Indication Géographique Protégée. Ces deux appellations sont détenues par le GIE Ovins du Limousin est un groupement de qualité (Celmar et Limovin).
Limovin présente la particularité d´avoir une activité à la fois sur l´amont (l´élevage) et sur l´aval (commercialisation) de la filière. Cette coopérative rassemble 600 éleveurs possédant 130 000 brebis.
« Le partenariat entre l´abattoir et Limovin est une garantie de sécurité. La qualité sanitaire par exemple est un travail d´ensemble de même que le respect du cahier des charges » affirme Jean-Marie Grolleau.
©J. Diependaele

Pas de maillon faible
« Pour la traçabilité, à l´arrivée à l´abattoir nous savons observer si un lot est certifiable ou pas. Mais cette certification est réalisée en bout de chaîne ». Pour éviter toute confusion, une relecture de l´étiquette est effectuée par Limovin dans l´atelier de conditionnement avant expédition : « nous savons où sont partis tous les agneaux abattus, même si parfois nous avons 25 clients pour 30 agneaux livrés par éleveur. Notre objectif est d´éliminer tout maillon faible dans la chaîne de traçabilité et de facturation ». Ainsi, au final, chez le boucher, on sait qui a produit l´agneau. Même si l´agneau est non certifié - Agneau de Tradition Bouchère par exemple - sa traçabilité doit être assurée jusqu´au point de vente.

Réagissez à cet article

Attention, les messages sont limités à 1000 caractères.

Caractères restants :

*Votre adresse email ne sera pas affichée publiquement dans les commentaires.

Recopiez le code :

Code de sécurité anti spam

stevic annie | 27 mars 2014 à 12:28:31

j habite dans l ain et je voudrais commender de agneau du limousin pouvez vous me renseigner merci

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Accueillez-vous des stagiaires sur votre ferme ?

Répondez à la question