Pâtre 01 avril 2014 à 08h00 | Par L.Geffroy

Elevage Molinier dans l'Aveyron - Un troupeau prioritaire par rapport aux cultures

Marie-Christine Molinier a externalisé tous les travaux du sol pour se focaliser sur sa troupe de 400 brebis. Ses bergeries sont astucieusement aménagées pour faciliter le travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

" Dans une exploitation agricole, il ne faut pas essayer de tout faire et savoir déléguer certaines tâches à des spécialistes qui le feront vite et mieux que vous », affirme Marie-Christine Molinier, éleveuse à Bouillac dans l’Aveyron, avec un cheptel de 400 brebis de race Lacaune viande. Jusqu’à son installation en 2007, elle était attachée de direction et dirigeait une équipe de 40 personnes. Une ouverture sur le monde extérieur qu’elle a mise à profit lorsqu’elle a décidé de reprendre l’exploitation familiale.

L’organisation du travail et la gestion financière, elle connaît et en a fait la ligne de conduite de sa ferme. Le pilotage du cheptel est tout à fait particulier, lié aux débouchés. La grande majorité des agneaux est vendue à un boucher que Marie-Christine Molinier approvisionne tout au long de l’année à raison de huit à dix bêtes par semaine. Ce qui impose des mises bas étalées. La reproduction est réalisée en lutte naturelle en période de jours décroissants (juillet à décembre) et par insémination en jours croissants (4 lots de 50 brebis).

L’éleveuse apprécie la fluidité du travail, « faisable par une personne seule », que procure ce rythme de production. « Je me consacre exclusivement à la gestion du troupeau et je délègue la quasi totalité des travaux du sol à une entreprise ou une cuma, explique-t-elle. Le matériel était vieillissant. J’ai estimé qu’il était plus rentable de faire faire le travail plutôt que d’acheter du matériel utilisé seulement quelques heures par an. J’ai privilégié les investissements qui amélioraient le confort de travail dans les bâtiments. »

La suite de cet article dans Pâtre 613, avril 2014

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous autonomes en fourrages ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui