Pâtre 26 août 2013 à 14h30 | Par PL

Un éleveur ovin pionnier pour la certification HVE

La première certification haute valeur environnementale en élevage vient d'être remise à Yves Chéron, en récompense de son travail en matière d'environnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © PL

Yves Chéron est le premier éleveur HVE en France. HVE pour haute valeur environnementale. Sa ferme de l’Oise est la première exploitation à dominante élevage certifiée, car le label était jusque-là délivré aux seules exploitations viticoles.

A la tête d’un troupeau de race Ile de France à Ver-Sur-Launette, en plein coeur du Parc naturel régional Oise-Pays de France, l’éleveur est engagé depuis plusieurs années dans une démarche respectueuse de l’environnement. Il a diminué ses intrants et protégé la ressource en eau sur sa ferme entourée de bois avec des bosquets et des alignements d’arbres.

L’homme est disert et souriant. Devant sa bergerie tout en bois et en ossature métallique, il montre avec fierté le panneau de sa certification délivrée pour réalisé pour le travail réalisé pour mieux prendre en compte l'écologie. La ferme compte 43 hectares avec du blé (15 ha), du colza (7,5 ha), des betteraves sucrières et 13 ha de prairie. « C’est un atout supplémentaire pour la commercialisation de mes agneaux, vendus en direct en caissettes. Les consommateurs sont demandeurs de bonnes pratiques environnementales. Ce label répond à cette exigence », se réjouit l’éleveur.

Son élevage représente 60 % environ de son chiffre d’affaires. Il s’est installé en 1988 sur une petite surface et a choisi l’élevage de moutons qui « consomment de l’herbe et fournissent un rapport intéressant ». Ses 260 brebis au fort taux de prolificité de 1,97 lui donnent 450 agneaux qu’il vend en direct en caissettes en demi-agneau ou agneau entier auprès de clients de la région. Ses brebis sont nourries avec de la pulpe de betteraves humide, du son de maïs, du tourteau de colza et de la paille. Ses agneaux avec du son de maïs, des brisures de féveroles et du foin.

L’utilisation d’insecticides et de fongicides réduite au minimum

 

Yves Chéron est aussi le premier agriculteur à avoir validé la HVE niveau 3 par les deux voies réglementaires. La voie A avec la validation de quatre indicateurs (biodiversité, stratégie phytosanitaire, gestion de la fertilisation et de la ressource en eau). Et la voie B avec un pourcentage d’intrants inférieur à 30% du chiffre d’affaires. « Je me suis engagé dans une démarche de diminution des intrants depuis de nombreuses années », explique-t- il. Du bas volume pour les phytosanitaires, il a retenu le respect des bonnes conditions d’application avec une bonne hygrométrie, l’absence de vent et la qualité de l’eau. Il a développé le désherbage localisé et le binage. Il n’utilise plus de raccourcisseurs sur le blé, presque plus d’insecticides ni de fongicides.

La certification HVE inscrite sur les caissettes d’agneau en vente directe

« Au départ, je me situais plus dans une démarche d’agriculture raisonnée. Je suis situé dans un parc naturel qui a pour objectif de rassembler des exploitations agricoles soucieuses du respect de l’environnement avec un cahier des charges à remplir. Il fallait des ‘cobayes’. J’ai accepté de remplir le dossier en tant qu’agriculteur-éleveur. La HVE s’inscrit dans le Grenelle de l’environnement et je me positionnais parfaitement dans les critères d’attribution (…) J’ai transformé certains handicaps de mon exploitation en atouts pour le HVE 3 comme la taille de mes parcelles, l’abondance de haies et les lisières de bois », souligne Yves Chéron. Au total, l’exploitation compte 22 hectares de SET (surface équivalent topographique) pour un total de 43 hectares. Il faut 10 % de surfaces équivalentes pour les critères HVE. Yves Chéron en a près de 50 %.

Sur la production de moutons proprement dite, rien n’a changé. « La seule différence, c’est que je peux inscrire sur mes caissettes d’agneaux ‘viande issue d’une exploitation à haute valeur environnementale’ et c’est un plus dans la vente directe, car c’est une attente de la clientèle », est persuadé l’éleveur de moutons qui vend ses agneaux au poids de 18 kilos à 12 euros le kilo. Ils sont abattus à Jossigny, près de Marne-la-Vallée.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Craignez-vous la sécheresse ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui