Pâtre 22 décembre 2016 à 08h00 | Par Cécile Valadier (Ensat/Institut de l’Élevage) et Laurence Sagot (Institut de l’Élevage/Ciirpo)

Noter l’état corporel des brebis pour produire plus

Des brebis en bon état corporel à la mise à la reproduction et à la mise bas produisent 15 % d’agneaux en plus que des brebis maigres. Et tous les critères qui composent la productivité sont améliorés : les taux de fertilité et de prolificité des brebis, les croissances et le taux de mortalité des agneaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les performances de 5 900 brebis ont été décryptées pour voir le lien entre état corporel, taux de fertilité et de prolificité des brebis, croissances et taux de mortalité des agneaux.
Les performances de 5 900 brebis ont été décryptées pour voir le lien entre état corporel, taux de fertilité et de prolificité des brebis, croissances et taux de mortalité des agneaux. - © Ciirpo

Pour bon nombre d’éleveurs et de techniciens, avancer que les brebis bien alimentées produisent plus que les autres n’est pas un scoop ! Ce qui l’est plus, c’est de pouvoir donner les seuils d’état corporel idéaux et surtout de quantifier combien de kilos d’agneaux sont produits en plus grâce à des brebis en bon état aux deux périodes clés que sont la mise à la reproduction et la mise bas. Ces données sont désormais disponibles grâce au travail qui vient d’être réalisé à partir de 15 années d’enregistrement des notes d’état corporel de brebis conduites en système herbager au Ciirpo (Centre interrégional d’information et de recherche en production ovine), sur le site expérimental du Mourier en Haute-Vienne. Cette analyse a concerné au total 5 900 brebis de race Mouton vendéen dont 3 300 étaient conduites en lutte naturelle d’automne.

Au final, les résultats dépassent les attendus. En fait, avec des brebis en bon état, l’éleveur est gagnant sur tous les critères qui constituent la productivité pondérale : les taux de fertilité et de prolificité, le taux de mortalité et la vitesse de croissance des agneaux sont systématiquement améliorés. En termes de travail, les agnelages sont également plus groupés sur le premier cycle de lutte. En cumul, les brebis bon état à la mise en lutte et à l’agnelage produisent 15 % d’agneaux en plus que les brebis maigres.

Bien sûr, le rôle des béliers dans les résultats de reproduction est aussi important que celui des brebis. Des béliers bien préparés, en bon état à la mise en lutte et avec un ratio de 50 brebis maximum par mâle reproducteur en lutte d’automne sont des conditions sine qua non.

Dans le dossier de Pâtre n°640 de janvier 2017, vous trouverez les principaux résultats de cette étude pour des brebis en lutte naturelle d’automne. Ceux concernant les brebis en synchronisation des chaleurs feront l’objet d’un prochain article. Enfin, il est important de préciser que ces résultats ont été obtenus avec un seul type génétique, de type boucher. Il serait intéressant de travailler le même sujet avec des races rustiques et prolifiques. Car si les tendances sont sans doute les mêmes, les seuils minimums et les gains espérés peuvent être différents.

La suite du dossier dans la revue Pâtre n°640 de janvier 2017 :

  • - Noter toutes les brebis deux fois par an
  • - Gagner en fertilité et en prolificité
  • - Plus de lait et moins de mortalité des agneaux

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Vendez-vous en vente directe ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui