Pâtre 19 décembre 2012 à 11h34 | Par B.Griffoul

Les laitiers veulent faire entendre leur voix

L’étude « Bergers demain en brebis laitières » est un premier pas qui signe la volonté des éleveurs de faire émerger une véritable filière nationale capable de faire valoir les intérêts du lait de brebis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © bgriffoul
Jusqu’à présent, on passait pour les émirs de l’or blanc. Le lait de brebis était une filière qui se débrouillait seule et ne posait de problème à personne. Or, depuis quelques années, nous sommes rattrapés par la conjoncture qui touche l’agriculture. Cette filière est en crise. » Tel est le constat dressé par Philippe Meynier, vice-président du Comité national brebis laitières (CNBL), lors du dernier Sommet de l’élevage. Éleveur en Corse, il préside le comité de pilotage de l’étude « Bergers demain en brebis laitières » dont le but était de faire un état des lieux de la production française de lait de brebis et de voir, bassin par bassin, « si on partage le même constat ».
Derrière ce travail, réalisé par l’Institut de l’élevage et financé par FranceAgriMer et la CNE (Confédération nationale de l’élevage), l’idée est de fédérer les trois bassins traditionnels, rayon de Roquefort, Pyrénées-Atlantiques,Corse, pour répondre ensemble à la question : « Qu’est-ce qu’on va devenir ? ». Se fédérer pour faire entendre ensemble la voix du lait de brebis à l’échelon national et européen et ne plus être la production qu’on oublie — parce que réputée trop riche — lorsqu’on met sur la table des soutiens financiers aux filières.Ou, parce que trop discrète, lorsqu’on édicte des règles de politique agricole qui ne tiennent pas compte des spécificités du lait de brebis. Le paquet lait en est la parfaite illustration. Pensé pour le lait de vache, il est censé s’appliquer aux autres productions mais s’avère difficilement applicable en l’état pour les ovins lait. Se fédérer enfin pour faire reconnaître la place des fromages au lait de brebis et développer les ventes est le plus sûr moyen d’apporter des solutions aux difficultés de la filière.

La suite du dossier dans Pâtre janvier 2013

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Craignez-vous la sécheresse ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui