Pâtre 15 novembre 2017 à 10h00 | Par D. Hardy

Le sérotype 4 de la FCO bloque les animaux

Le premier cas de sérotype 4 de la FCO en France continentale entraîne la mise en place de zone avec des restrictions de déplacements et des obligations de vaccination.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La vaccination préventive est obligatoire dans les zones de surveillance mais elle est prise en charge par l'Etat.
La vaccination préventive est obligatoire dans les zones de surveillance mais elle est prise en charge par l'Etat. - © Stéphane LEITENBERGER

Comme craint, un premier cas de fièvre catarrhale ovine à sérotype 4 a été déclaré le 6 novembre sur un veau originaire de Haute-Savoie. La découverte de ce premier cas de fièvre catarrhale ovine de type 4 sur le territoire continental (présent en Corse depuis décembre 2016) implique la mise en place des zones de restriction, protection et surveillance. Une vaccination d’urgence, obligatoire pour les ovins, bovins et caprins et prise en charge par l’État, a été déployée en zone de protection, en priorité dans la zone des 20 kilomètres autour de l’élevage d’origine de Haute-Savoie, puis dans le reste du département ainsi que dans les départements de l’Ain, du Doubs, du Jura et de la Savoie.

L’objectif est de circonscrire l’extension du virus rapidement et d’éradiquer ce sérotype, considéré comme virulent pour les ovins. « Compte tenu de cette situation épidémiologique particulière, les autorités sanitaires ont proposé de jouer la carte de l’endiguement de la maladie », explique la FNSEA dans un communiqué du 13 novembre. « La stratégie sanitaire découle de l’hypothèse qu’il y a une chance de fixer l’épisode de contamination au seul foyer confirmé ».

Les 9 300 ovins dans les 2 140 élevages de ces cinq départements peuvent être déplacés à l’intérieur de cette zone mais toute sortie de ruminants est interdite sauf à destination de l’abattoir. 1,7 million de doses de vaccins (deux injections pour les bovins, une seule pour les ovins et caprins) ont été mobilisées à partir de la banque d’antigènes détenue par le ministère de l’Agriculture. La zone de surveillance comprenait, le 10 novembre, les Hautes-Alpes, la Côte d’Or, l’Isère, le Rhône, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire et le Territoire de Belfort. Dans cette zone comprenant 377 000 ovins dans 4 600 élevages, les mêmes restrictions de mouvements s’appliquent avec une dérogation possible pour les retours d’estive. Dans ces zones, la surveillance clinique est renforcée.

Ces contraintes de déplacements entraînent des problèmes commerciaux, surtout pour l’export de bovins vivants. En effet, les mouvements à destination d’un autre État membre sont bloqués, hors accords bilatéraux avec l’Espagne et avec l’Italie. La situation évolue rapidement et les données de zonages et de réglementations également.

A suivre sur : http://www.fcoinfo.fr/

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Utilisez-vous un pédiluve ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui