Pâtre 04 avril 2016 à 08h00 | Par A. Villette

Le mouton suscite des vocations en Bretagne

Avec des races prolifiques et une gestion intensive optimisant les prairies et les ressources de l’exploitation, les élevages ovins bretons génèrent du revenu et suscitent des vocations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © A. Villette

Terre agricole par excellence, la Bretagne compte quelque 35 000 exploitations de moyenne et grande dimension. L’agriculture couvre 61 % du territoire régional et la production agricole génère près de 9 milliards d’euros par an provenant à 69 % des productions animales et fournit 4,5 % des emplois bretons (contre 2,5 % en France). Si l’agriculture bretonne est majoritairement tournée vers l’élevage, c’est l’orientation laitière qui domine dans près du tiers des exploitations avec 12 500 producteurs de lait. Mais la région compte aussi 6 500 élevages de porcs, soit plus de la moitié du cheptel porcin français et 2 900 élevages de volailles de chair, produisant ainsi un poulet français sur trois.

Un nouveau public s'intéresse à l'élevage ovin

Plus discrète, la production ovine représentait en 2014, 232 éleveurs de plus de 50 brebis, détenant près de 45 000 brebis. Des effectifs restés relativement stables au cours de la dernière décennie. « Nous avons des installations, avec des projets qui tiennent la route et des jeunes motivés, constate Alain Gouedard, conseiller ovin à la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine. Et on voit aujourd’hui un nouveau public s’intéresser à l’élevage ovin avec des éleveurs en reconversion. Mais cette dynamique reste fragile, vu le petit nombre d’éleveurs et de structures de la région ». En effet, suite à l’arrêt de l’activité ovine de la coopérative le Gouessant, une seule OP ovine demeure sur la région. Ovi-Ouest compte 99 adhérents ovins et 24 000 brebis sur le Grand Ouest, essentiellement en Ille-et-Vilaine, Côtes-d’Armor, Morbihan et Mayenne.

Un petit nombre d’éleveurs et de structures ovines

« Avec un tissu ovin de plus en plus éparpillé, il y a une nécessité croissante de faire des économies d’échelles : regrouper l’offre afin d’être de taille suffisante pour fournir les distributeurs et négocier les prix, réfléchir à une nouvelle logistique transport pour faire face à l’agrandissement des distances… » témoigne Franck Merel, le président de la coopérative. Ovi-Ouest a donc rejoint l’union Ter’Elevage en 2011, afin d’être dans une unité plus grande tout en gardant son identité bretonne. La coopérative souhaite ainsi optimiser l’appui technique et la commercialisation des agneaux tout en gardant la proximité terrain et a acté l’octroi d’aides à la création et à l’augmentation de troupe. Tous les agneaux de la coopérative sont abattus par la SVA-Jean Rozé à Vitré (Ille-et-Vilaine), avec deux principaux débouchés : la CCP Agneaux de nos régions, commercialisée par la SVA dans ses Intermarché (57 éleveurs engagés et plus de 5 000 agneaux produits sous ce cahier des charges pour la campagne 2014-2015) et le label rouge agneau de Brocéliande avec AIM, grossiste de la région de Rennes.

Les élevages se sont spécialisés et professionnalisés

La SVA, dont la chaîne d’abattage a été rénovée il y a cinq ans, abat 295 000 têtes par an provenant de tout le territoire français, dont 70 000 en CCP. « La Bretagne représente 7 % de nos approvisionnements et le Grand Ouest 18 %, relève Hervé Chapon, directeur adjoint des achats en vif. Nous souhaitons que ces régions pèsent encore plus lourd pour optimiser le fonctionnement de notre outil d’abattage. C’est beaucoup plus pertinent économiquement de s’approvisionner en agneaux français si on le peut et l’agneau de nos régions nous permet de faire reconnaître la production locale. Le contexte régional est propice au développement de la production ovine : les fabricants d’aliment sont sur place ainsi que les abatteurs et vu les pressions que subissent les autres productions animales, les ovins ont leur carte à jouer ! » Avec des structures de taille plutôt modeste, les systèmes ovins sont assez productifs et l’utilisation des races très prolifi ques se développe. Si la souplesse du travail peut en faire un élevage intéressant en atelier complémentaire, la production ovine se retrouve de plus en plus en systèmes spécialisés et on a assisté ces dernières années à une professionnalisation des élevages. La production d’agneaux de bergerie domine mais la recherche d’autonomie alimentaire est un enjeu fort pour les éleveurs qui cherchent de plus en plus à optimiser la gestion de l’herbe et l’utilisation de céréales produites sur l’exploitation.

Retrouvez le dossier complet dans le numéro d'avril avec:

* Une productivité de 2,3 au pâturage - Reportage chez Vincent Bienfait dans le Morbihan;

* "Circuits courts et long sont complémentaires" - Reportage au Gaec des Bergers associés dans les Côtes d'Armor;

* "Nous avons relevé le défi du renouvellement des générations" - Interview de Raymond Leprizé, président du comité d'organisation du congrès de la FNO;

* L'agneau des prés salés met en avant le patrimoine local - dans la baie du Mont-Saint-Michel;

* Du lait de brebis bio pour la gamme Vrai - Reportage à l'EARL Monthierry en Ille-etVilaine;

* Diminuer la mortalité pour améliorer mon revenu - Reportage chez Fabien Genouel en Ille-etVilaine;

* Vaches et brebis, même ration - Reportage au Gaec du Bahac en Ille-etVilaine.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Produisez-vous sous signe de qualité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui