Pâtre 17 novembre 2016 à 08h00 | Par D. Hardy

La France prête à accueillir le mondial de tonte de mouton en 2019

Les tondeurs de mouton défendent la candidature de la France pour l’organisation du championnat du monde de tonte en 2019 dans la ville du Dorat en Haute-Vienne. Choix de l’organisateur le 8 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Sommet de l'élevage de Clermont-Ferrand, toute la filière ovine était rassemblée pour affirmer son soutien à la candidature française.
Au Sommet de l'élevage de Clermont-Ferrand, toute la filière ovine était rassemblée pour affirmer son soutien à la candidature française. - © D. Hardy

Le dossier est prêt à être défendu le 8 février prochain à Invercargill en Nouvelle-Zélande lors des prochains championnats du monde de tonte en 2017. La France compte bien remporter l’organisation du mondial en 2019 dans la ville du Dorat en Haute-Vienne. L’Association pour le mondial de tonte de mouton, créée le 8 décembre 2015 par les tondeurs de mouton français, a oeuvré pendant un an pour structurer cette candidature et fédérer les nécessaires partenaires financiers.

«La France n’a jamais organisé de mondial ni candidaté à l’organisation», explique Christophe Riffaud, le président de l’association des tondeurs de mouton. Cependant, l’équipe française ne manque pas d’expérience. «Nous avons organisé le tournoi des six nations au Dorat en 2013 et cela avait été un succès avec 150 tondeurs et plus de 10 000 visiteurs accueillis.» La coupe du monde au Dorat serait d’une autre ampleur puisqu’elle se déroulerait sur une semaine, du 1er au 7 juillet 2019, avec pas moins de 300 compétiteurs venus d’une trentaine de nations. Les meilleurs tondeurs s’affrontent dans trois épreuves : tonte aux ciseaux (force), tonte à la machine et tri et ramassage de la laine. Les tondeurs sont jugés sur leur rapidité mais aussi sur la qualité de la tonte. «Il faut trouver l’équilibre entre qualité du travail et rapidité», explique Loïc Leygonie, 24 ans, actuel champion de France.

- © D. Hardy

Pour cette candidature, la ville du Dorat en Haute-Vienne ne manque pas d’atout. «Il n’y a certes pas une grande capacité hôtelière, mais nous sommes au coeur du bassin allaitant et nous pourrons facilement trouver les plus de 5 000 moutons de qualité et de morphologie homogènes que nécessite le concours», détaille Christophe Riffaud. Les organisateurs peuvent aussi compter sur un réseau de bénévoles déjà mobilisé en 2013. En plus du soutien moral des politiques et des collectivités locales, la candidature a aussi le soutien financier de nombreux partenaires. Les sponsors privés ont déjà permis de réunir les 50 000 euros nécessaires pour présenter la candidature de la France. Ensuite, ce sera un budget de 600 000 euros qui sera nécessaire, notamment pour louer et mettre en lumière le grand chapiteau et pour héberger, nourrir et transporter les délégations.

«Toute la filière ovine soutient cette initiative », assure Patrick Soury de la FNO. «La filière est demandeuse d’échanges et de rencontres, renchérit Maurice Huet d’Interbev ovin. Cet événement de communication auprès du grand public est un très bon moyen de rappeler que nous avons besoin de renouveler les générations.» «Ça sera aussi l’occasion de montrer que la laine est un produit noble et qu’il y a un regain d’activité artisanale sur sa valorisation en filière courte», poursuit Jean-Claude Chauvel de Races de France. Car le show qui se prépare pourrait drainer plus de 30 000 visiteurs au Dorat et ainsi donner une image positive à l’agriculture et à l’élevage ovin.

En février, la France sera face à l’Irlande du Nord qui a également présenté un dossier de candidature pour le mondial 2019. «Ils ont l’avantage de la langue mais nous, nous mettrons en avant notre gastronomie et la culture française de convivialité », sourit Christophe Riffaud. Du point de vue sportif, «le niveau français a bien progressé ces dernières années. En 2014, la France est arrivée cinquième au classement par équipe puis troisième au tournoi des six nations. Nos chances de remporter une victoire restent cependant faibles face aux Néo-zélandais qui restent favoris. Mais nous espérons quand même un podium en 2017 et 2019». Et si possible en France en 2019.

www.mondialdetonte-france2019.com

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Menez-vous vos animaux à l'herbe ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui