Pâtre 06 octobre 2006 à 09h27 | Par Damien Hardy

Formation des éleveurs - Dans les Pyrénées-Atlantiques, une école grandeur nature pour devenir berger-fromager en estive

Au coeur des Pyrénées, une formation originale, unique et diplomante de berger-fromager propose d´alterner théorie et pratique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans le massif pyrénéen, le manque de main-d´oeuvre en estive pour le gardiennage posait problème autant pour les troupeaux laitiers que viande et autant en ovin qu´en bovin. Les services pastoraux des Pyrénées-Atlantiques, de Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne ont créé en 1991 une formation originale pour apprendre à être berger ou vacher transhumant.
Cette formation par alternance de deux ans est qualifiante et diplomante (niveau IV, équivalent à un Bac) de berger-fromager en estive. Elle est assurée de façon complémentaire par deux centres de formation, le lycée professionnel agricole d´Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques et le centre de formation professionnel et de promotion agricole (CFPPA) de Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées.
La formation très pratique est destinée à des bergers capables de tenir une estive fromagère. ©D. R.

S´occuper du troupeau et faire le fromage
Très concrète, la formation se fait grandeur nature en alternance chez des éleveurs de la région durant l´hiver, sur l´exploitation du lycée pendant dix semaines au printemps et à l´automne et dans les estives pendant l´été. L´exploitation du lycée d´Oloron-Sainte-Marie est constituée d´un troupeau de 450 brebis laitières basco-béarnaises. Les stagiaires apprennent ainsi à soigner, à conduire et à traire les brebis avant de transformer le lait en fromages AOC Ossau Iraty. De la mi-juin à la mi-septembre, la formation se poursuit dans les cabanes d´estive des vallées du Béarn et du Pays Basque, et les stagiaires apprennent ainsi à traire à la main et à s´adapter aux particularités de chaque estive avec l´accompagnement d´un tuteur berger.
La formation, très responsabilisante, forme des bergers qualifiés en capacité de tenir une estive fromagère. « Le métier de berger, ça ne s´invente pas, explique Jérôme, un apprenti de la promotion berger vacher pluriactif 1999-2001. Etre berger, ce n´est pas que regarder ses bêtes manger du lever au coucher du soleil. C´est aussi des journées où le brouillard complique les tâches quotidiennes, à la recherche de son troupeau, de la montagne et parfois de soi-même ». Même constat chez Benat Merle, sorti lui en 2005, qui apprécie ce métier plein de vie aux multiples facettes : « on part de la bonne herbe pour arriver au fromage. Les conditions de travail sont originales, soumises au rythme du troupeau ».
L´enseignement se fait en étroite collaboration avec la profession puisque plus d´une centaine de bergers et d´éleveurs transhumants ont déjà participé à l´animation de la formation. La pédagogie est ainsi axée sur des allers-retours entre les savoirs empiriques des bergers et les savoirs scientifiques.

Mis dans des situations réelles, les futurs bergers développent des capacités d´autonomie qui les rendent responsables du troupeau, d´eux-mêmes et des partenaires de la montagne. Tout un volet de la formation concerne d´ailleurs la connaissance du milieu socioprofessionnel et du pastoralisme. L´histoire agropastorale des vallées pyrénéennes est ainsi approchée. Plongé dans le milieu professionnel, les stagiaires prennent conscience de la dimension de pluriactivité du berger qui va s´occuper l´hiver de tourisme, d´artisanat ou de bûcheronnage.
A la fin de la formation, les stagiaires peuvent s´orienter vers les métiers de berger-fromager, de gardien de grands troupeaux (brebis taries ou ovin-viande) ou de gardien de bovins. Depuis 1991, une cinquantaine de jeunes adultes ont déjà été formés. Pour ces bergers-fromagers, pas de problèmes pour trouver un emploi. Un tiers d´entre eux se sont même installés à leur compte ou en association.
Cette formation, d´une quinzaine de stagiaires tous les deux ans, débutera son recrutement pour 2007-2009 en novembre 2006. Avis aux futurs bergers.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Menez-vous vos animaux à l'herbe ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui