Pâtre 25 août 2006 à 09h11 | Par Julien Diependaele

Contre tiques et myiases - Une démonstration de douche sous bonne pression en Lorraine

La douche haute pression permet un traitement ultra-rapide contre tiques et myiases. En Lorraine, quatre de ces douches équipent déjà des groupes d´éleveurs. Un exemple à suivre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Forte animation en ce matin de mai dans la ferme de Michel et Pascal Dieudonné à Moyenvic au coeur de la Moselle. Normal : quatre douches Electrodip venant de Nouvelle-Zélande sont déballées, et deux seront remontées sur place. L´importateur, Graham Savage, a tôt fait d´expliquer aux éleveurs acheteurs le fonctionnement de l´appareil et de le tester. Pour ce premier essai, les jets haute pression pulsent l´eau à distance. L´orientation donnée à ces jets et la haute pression permettent à la solution insecticide de pénétrer en profondeur dans la toison. Contre les gales, ce procédé ne saurait remplacer la baignoire pour une efficacité suffisante.
Acheté par deux Cuma et par deux groupes d´éleveurs, ce matériel est observé par ceux qui en assumeront le suivi et la maintenance dans chaque groupe. « Nous avons constitué des groupes d´éleveurs avec 5 000 brebis pour chacun, pour amortir le coût de ce matériel, soit 7 800 ? hors taxes. Les tiques dès le printemps et les myiases ensuite abondent dans toute la région » annonce Michel Paté, président du syndicat ovin de la Moselle.
Pas moins de 500 brebis Est Merinos, sont en attente dans ce parc. Le couloir permet de serrer les brebis avant le passage sous les jets. ©J. Diependaele

Modularité, facilité de montage et d´utilisation
Premier constat : sur ce matériel, les concepteurs néo-zélandais ont privilégié la modularité et la facilité de montage et d´utilisation.
La pression est obtenue par un groupe moteur Honda de 6,5 CV accouplé à la pompe haute pression avec tuyau d´aspiration et de refoulement de l´eau. Ce module est mobile. Le débit est de 130 litres par minute soit 2 litres par seconde.
Le tunnel de traitement est équipé de deux roues relevables par levier : un seul homme peut le manipuler comme pour une brouette et le charger sur une remorque ou une bétaillère.
Les jets sont prépositionnés dans le tunnel et amovibles s´il faut les déboucher. Un réglage de la pression (5 bars) est réalisé en actionnant une vis. Une cellule photo-électrique décèle le passage d´un animal dans le couloir et déclenche les jets. Si la pression devient faible, une porte cornadis se déclenche et immobilise l´animal, afin qu´il puisse recevoir une dose suffisante de produit lorsque l´incident technique sera résolu.
Le chantier chez Joseph Rémillon : sur l´Electrodip, un volet récupère la solution insecticide des jets supérieurs à la sortie. ©J. Diependaele

Pour éviter tout problème électrique, un fusible est placé sur le boîtier de commande électronique de la cellule photo-électrique : une batterie 12 volts alimente ce dispositif. Dernier point à signaler : les branchements eau sont à fermeture rapide et leurs couleurs et accouplements mâles-femelles différents évitent toute confusion lors du branchement. L´éleveur peut aussi apprécier le fait d´avoir une hauteur réglable pour le passage des animaux dans le tunnel de traitement.
Point important : un bac de récupération des jus est placé après la douche afin de respecter les règles environnementales du bassin Rhin-Meuse. De même, à la fin de chaque utilisation, 20 l d´eau sont utilisés afin de rincer le matériel. Dernière recommandation : la pompe est rincée, vidangée en fin de saison et mise hors-gel dans un bâtiment.
Après ce constat par les éleveurs de la facilité de montage et de déplacement de la machine, celle-ci est mise en place dans la bergerie de Michel Dieudonné, à l´extrémité du couloir de contention situé dans celui d´alimentation. En deux minutes, tout est prêt pour l´accueil des brebis avec deux claies placées à chaque extrémité de la douche haute-pression Electro-dip.
A la sortie, en cas de faible pression, un cornadis avec deux barres verticales bloque la brebis. ©J. Diependaele

Ali, le berger, apporte un réservoir d´un mètre cube sur le lève-palettes d´un Manitou : on y verse deux litres d´insecticide. A la première sollicitation, le moteur Honda démarre et la pression s´affiche : les brebis poussées dans le couloir s´étonnent à peine de cette manipulation. Un groupe de 500 brebis sera traité entre 11 heures et midi et l´on chronomètrera même 70 brebis traitées sur une minute.
Pour obtenir cette rapidité de passage, les éleveurs se rendent compte qu´il est primordial d´obtenir « un bon serrage » des brebis dans le couloir qui précède la douche. Même si les brebis passent très rapidement et se suivent ensuite de près dans une véritable cavalcade, on se rend compte qu´elles sont bien mouillées sur tout le corps. Bon nombre d´entre elles se secouent après cette brève rencontre avec les jets haute-pression. En moyenne, on note le passage de 40 brebis par minute.
Le dosage du produit est le seul moment où l´opérateur se trouve en contact avec l´insecticide. ©J. Diependaele

Chez Joseph Rémillon : s´organiser pour suivre
Une seconde douche sera testée sur le troupeau de Joseph Rémillon à Guébling sur des brebis Est Mérinos de grande taille, tout comme les Mérinos croisées Romanov. Un bidon plastique de 200 l recueille la solution de Sébacil à 1 pour 1000, soit 200 ml pour 200 l. Un premier lot de 100 brebis passe en moins d´un quart d´heure sous la douche et environ 1,5 l de solution insecticide est utilisé par brebis. Ce premier traitement réalisé à mi-mai vise à détruire les tiques, mais on signale également le début d´attaques de myiases « Si des brebis sont pourries de myiases », signale Graham Savage, on peut bloquer la brebis et actionner manuellement le déclenchement des jets pour qu´elle reçoive un double dosage d´insecticide.
Le test réalisé chez J. Rémillon sur un second lot montre que l´on passe 65 brebis en une minute en utilisant 1,5 l de solution par brebis. Une cavalcade sans stress : les brebis là encore sont bien mouillées et se secouent.
Ces premières données confirment l´intérêt d´un couloir de contention. De même, la poussée des animaux dans le camembert, puis dans le couloir doit demeurer constante afin d´assurer un passage continu et rapide sous la douche haute-pression.

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Produisez-vous sous signe de qualité ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui