Pâtre 27 février 2015 à 08h00 | Par D. Hardy et L. Grancher

Bien tondue et bien triée, la laine est mieux vendue (vidéo)

La laine est trop souvent déconsidérée par les éleveurs. Pourtant, en prenant soin de la toison, on peut espérer qu'elle soit mieux valorisée. Extrait du dossier de Pâtre de mars 2015 et vidéos d'équipements qui facilitent la tonte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L. Sagot

Tel le plumage d'un oiseau, la toison de la brebis comprend plusieurs missions : la protection contre le froid et les éléments naturels (pluie, vent, soleil...), la protection contre les dangers de l'environnement naturel (végétaux agressifs, écorchures...), la protection contre les prédateurs (gène à l'égorgement), et même le camouflage... Au XVIIIe siècle, lorsque la révolution industrielle arriva, l'agriculture eu besoin de nourrir une population croissante et la production de laine perdit de son intérêt. Dans le même temps, le cheptel océanique se développait et pouvait fournir une superbe laine à un coût de production très faible. Les nouvelles matières synthétiques ont aussi une grande part de responsabilité dans le déclin soudain de l'intérêt, la valeur et l'estime portés à la laine.

« Depuis des décennies, les pouvoirs publics et les politiques agricoles ont incité les éleveurs à produire de la viande au détriment de laine notamment, regrette Lionel Escoffier, président de la race Mérinos d'Arles. Cette incitation a été accentuée par l'effondrement du prix de la laine et la disparition de l'ensemble de la filière lainière française. De plus, pendant des années, il a été dit et répété aux éleveurs que leur laine ne valait plus rien et qu'on leur achetait pour les débarrasser... Les éleveurs se sont logiquement détournés de la sélection lainière et ils ont donc oublié au fil du temps Bien tondue et bien triée la laineest mieux vendue d'apporter autant d'attention à la laine que ce qu'ils peuvent en apporter à leurs agneaux. »

Mais nous tondons toujours nos brebis. Et même nos agneaux. Le fait de les tondre est d'une part essentiel à leur bonne santé et à leur bien-être (avant, ils muaient, maintenant leur laine est à croissance continue). La tonte annuelle (principalement effectuée au printemps) stimule l'appétit, élimine les parasites externes et améliore l'efficacité des traitements. Elle permet aussi une meilleure évaluation de l'état corporel et libère de la place dans les bâtiments. La tonte fournit de la laine... Et cette laine peut encore avoir un intérêt économique pour l'éleveur ou pour les négociants.

La suite dans le dossier de 10 pages de Pâtre n°622 de mars 2015

 

Vidéo de présentation de la salle de tonte

Vidéo de la barrière de tonte des Bergers du soleil

Acheter un numéro

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "Pâtre".
Contactez Laëtitia REGNIER du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Pâtre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous autonomes en fourrages ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui